Love en direct - Beaucoup de sexe

14 nov. 2017

"Peu importe les mots que nous prononçons, ils doivent être choisis avec soin pour les gens qui ont les entendre et qui seront influencés par eux de manière positive ou négative."


Titre : Love en direct
Auteurs : Laurelin Paige & Sierra Simone
Edition : Hugo Roman – Blanche
Nombre de pages : 396


Résumé : 


Peut-on tomber amoureux quand on travaille dans l’industrie pornographique ?

Devi et Logan travaillent tous les deux dans l’industrie du porno. Logan est une star majeure du porno, c’est sa vie, il adore son métier et se donne à fond.
Devi est une jeune femme qui débute juste, mais a déjà quelques scènes importantes à son actif. Logan l’a remarquée dès le premier jour sur le plateau et à tout de suite fantasmé sur elle.


Ensemble ils décident de créer une porno-réalité de 10 épisodes dans laquelle ils se mettent en scène. Mais à ce jeu, ils tombent amoureux l’un de l’autre bien que l’amour réel n’ait pas sa place dans le porno.



Mon avis : 

Cette chronique est très spécial, l’édition Hugo roman m’a envoyé ce roman mais le résumé ne me plaisant pas c’est Melissa du blog La biblio de Milou. Qui a donc profiter de cette envoie pour vous faire une chronique sur mon blog.

Voici son avis : 


Dès le prologue, le sujet du livre a été bien mis en avant. Le sexe et surtout le porno sera la ligne conductrice de tout ce roman. En lisant le prologue, j’ai presque eu envie d’arrêter le livre car l’écriture était très cru, personne de moins de 18 ans s’abstenir. 

Habituellement tout ce qui concerne le sexe dans les livres ne me dérange, je pense que c’est des scènes importantes dans certaines histoires, mais la façon dont tout est décrit dans ce livre m’a donné envie de la fermé, il y a beaucoup de détail. Au final, j’ai quand même continué ma lecture parce qu’il ne faut pas s’arrêter au prologue et je n’ai pas été déçue.

Devi est habituée au mode de vie hippie que ses parents lui ont inculqué, il n’y a aucun tabou chez eux et encore moins de pudeur. Ses la soutienne dans tout ce qu’elle fait dans sa vie tant que cela peut la rendre heureuse. Depuis trois ans, elle vie en faisant des films pornos lesbien et pour rembourser le prêt qu’elle avait fait pour ses études. 

C’est un personnage qui m’a beaucoup touché, on sent qu’elle aime ce qu’elle fait mais elle se pose aussi beaucoup de questions existentielles. Devi a seulement 21 ans est jeune et encore naïve. On arrive très facilement à ressentir les sentiments en même temps qu’elle les ressent et ça permet de rentrer encore plus dans l’histoire parce qu’on arrive à se mettre à la place de Devi.

Logan est un acteur et producteur de film porno, on pourrait même une star très connu et même fière de savoir que des milliers de personnes le regarde en action. Il est drôle et amical ce qui l’aide à avancer dans sa carrière en plus de ses « talents d’acteurs ». Il y a quelque mois seulement qu’il est célibataire et a du mal à tourner la page, à oublier. 

Au début j’ai eu du mal avec ce personnage, je l’ai trouvé trop narcissique. Etant donné qu’il est beaucoup plus dans l’univers du porno que Devi, sa façon de parler et de penser me dérangeait beaucoup, comme si c’était des choses qui ne devraient pas être vu dans un livre. 

Mais plus je continuais ma lecture plus je me suis attaché à Logan, j’ai compris pourquoi il était comme ça, qui il était vraiment et j’ai complètement changé d’avis sur lui. 

Pour finir, j’ai été très surprise par ce livre, je pensais abandonner rapidement mais heureusement que je ne l’ai pas fait. 

L’écriture de l’auteur est simple et facile à comprendre. Bien que ça parle exclusivement de porno et qu’il y a beaucoup de scènes à ce propos, ça n’empêche que l’histoire de fond était tellement intéressante et entraînante que je ne faisais plus autant attention au sexe que au début. 

Globalement je suis donc étonnée par cette lecture et j’ai bien fait de le continuer. 

Je le conseil à toute les personnes pour qui les scènes de sexe dans un livre ne les dérange pas mais pour les autres peut être à éviter parce qu’elles sont quand même très présente même si on les oublie vite grâce à l’histoire qui se cache derrière. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire