Pages

Mon amie ; La dyslexie

« Au lieu de le détester et de le considérer comme un ennemi, j’ai décidé d’en faire un ami. »

Bonjour à tous,

Aujourd’hui on se retrouve pour un article sur ma dyslexie. Je n’ai pas l’habitude de faire ce genre d’article mais je me suis dit pourquoi pas. Alors oui, je suis dyslexique. Je pense que certains d’entre vous le savent déjà. Il me semble déjà l’avoir précisé sur mon blog ou encore sur Instagram. Ce n’est absolument pas un sujet sensible ou tabou, je ne le cache pas. Dans le titre vous verrez « Mon amie la dyslexie », car c’est bien sûr un handicap, un frein dans la vie de tous les jours mais c’est surtout une chose qui fait partie de moi. Alors au lieu de la détester et de la considérer comme une ennemie, j’ai décidé d’en faire une amie. J’ai appris à vivre avec et ça ne me dérange plus dans le sens où pour moi ce n’est rien de grave.


Ça ne se voit pas ? 
C’est parce que j’ai quatre supers correctrices qui font un travail énorme pour moi et je ne les remercierais jamais assez pour ça. 
Il m’arrive de mettre les « b » a la place des « d » ou encore de faire des fautes d’orthographe qui paraissent logiques pour certains mais pas pour moi. J’ai également des soucis de compréhension de texte ou encore du mal à retenir les détails d’un texte. Autant vous dire qu’en tant que chroniqueuse littéraire ce n’est pas évident. Enfin… Au début.

Au début je n’avais pas de correctrices et j’écrivais sur mon ancien blog. Je passais quand même mes textes sur des sites de correction mais il y avait encore des fautes. Comment je le sais ? J’ai eu des gros commentaires sur les réseaux comme « Mais tu ne sais pas écrire ! Va apprendre le français » ou encore « Tu es blogueuse littéraire mais tu fais des fautes, arrête ton blog » « Ton blog me donne même pas envie de le lire, je vois déjà des fautes rien qu’à la première ligne » et d’autres bien pire que j’ai décidé d’oublier et de passer au-dessus. J’ai malgré tout continué mon blog et j’ai par la suite décidé de demander de l’aide, une ou deux personnes qui seraient prêtes à corriger mes articles/mails. J’ai été surprise et choquée du nombre de personnes qui se sont proposées et j’ai pu agrandir mon équipe à quatre. Nous formons un bon groupe, Mathilde, Claire, Karoline et Anne sont rapides et corrigent tous mes textes sans exception, elles m’aident énormément et je les remercierai jamais assez pour ça. Ces filles-là sont devenues essentielles, elles font entièrement partie de mon blog.

Est-ce que mes partenaires éditions/auteurs le savent ?
Je n’en sais rien mais je ne le cache pas et je ne fais plus corriger mes mails donc je pense qu’ils doivent s’en douter. Mais ce n’est pas grave, je fais un énorme travail derrière. Lors d’une réception d’un service presse je fais beaucoup de choses pour que tout soit à la hauteur.
Pendant mes lectures, de la première à la dernière page je prends des notes sur les actions du livre, les moments marquants, choquants, émouvants, mais surtout les détails comme les prénoms, âges etc… afin que lorsque j’écris la chronique j’ai tous les détails et que je me souvienne de tout ! Je fais en sorte de vous faire des chroniques complètes même quand je n’aime pas l’histoire en essayant d’argumenter au maximum. Après ça je dois faire attention aux délais et les envoyer à mes correctrices pour ensuite le poster sur le blog et l’envoyer à la maison concernée.

La dyslexie n’est pas un frein. Vous pouvez être blogueuse tout en ayant ce handicap, il y en a plein, par exemple Emilie (Bulledop) a aussi ce souci et s’en sort super bien ! Donc si vous aussi vous l’êtes, passez au-dessus des critiques, faites-vous corriger si vraiment vous y tenez comme moi. Mais ne vous cachez pas derrière votre écran à vous dire « Je fais trop de fautes, je ne peux pas le faire ». Non, donnez-vous les moyens d’y arriver. La dyslexie n’est pas votre ennemie.  

Non seulement je lis, je chronique, j’ai un compte Instagram où je parle énormément dessus, je partage, mais j’ai également un nouveau projet qui va bientôt voir le jour. J’ai décidé d’écrire une histoire, une petite que je vous posterai sur mon blog. Ce ne sera pas parfait mais ce sera écrit avec amour. Je ne vous la publie pas tout de suite, j’attends d’abord d’avancer dessus avant de vous la poster.

Alors oui je suis dyslexique mais ce n’est pas grave. Rien ne m’empêchera d’avancer dans ce que je veux faire. Alors si toi aussi tu veux écrire, libre à toi de le faire, il n’y a rien qui nous en empêche.

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à me le dire sur les réseaux ou encore en commentaire, je vous fais de gros bisous. A bientôt.


Priscilla

3 commentaires:

  1. Coucou!
    Merveilleux d'avoir écrit tout ça, tu as bien fais, tu es formidable, je t'adore! Tu m'as donné les frissons!
    Je vais faire lire à ma maman qui est orthophoniste, elle adore lire tout ceux genre de témoignage
    Bisous ma belle
    Marine

    RépondreSupprimer
  2. Hey ^^
    Personnellement j'ai la chance de ne pas connaître ce soucis. Pourtant, une de mes amis avait ce problème, elle était vite démotivé car elle avait du mal à comprendre et retenir.
    Heureusement, elle a su trouver ses techniques elle aussi et c'est incroyable.
    Alors bravo ! Tu as reussi et c'est génial !

    Oiseaudesmots

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de lire ton article et il est magnifique. Tu donnes du courage et de l'espoir à certaines. Bravo pour tout ce que tu entreprends. Le message que tu délivres est très beau.
    Lucie.

    RépondreSupprimer